Geste de prise à témoin de la terre
                                                                                      bhūmisparśa-mudrā

 

La main droite est pendante, la paume tournée vers le Bouddha, les doigts allongés touchent le sol.

 

Juste avant son Éveil, le futur Bouddha, assis sous l’arbre de la bodhi, subit les assauts de Māra. Māra envoie d’abord ses armées, mais les flèches qu'elles lancent se transforment en fleurs lorsque le futur Bouddha les regarde. 
Pour
prouver sa détermination, le futur Bouddha touche la terre pour  prendre à témoin la déesse-terre.  Celle-ci apparaît et en tordant sa chevelure, en extrait l’eau accumulée avec toutes les "donations". Cette eau est si abondante qu’elle emporte les armées de Māra !

 

 

 

 

 

Geste d’enseignement, de mise en route de la roue de la loi
dharmacakra-mudrā

 

La main droite est verticale, paume dirigée vers l’avant, le pouce et l’index se touchent ; la main gauche est inclinée et de biais, la paume est tournée vers l’intérieur, le pouce et l’index se touchent ;  les doigts de la main gauche touchent la main droite.

Après son Éveil, Bouddha prononce son premier discours public; et ce geste symbolise son premier sermon.

Geste de l’argumentation, de l’explication de la Loi
vitarka-mudrā

 

La main droite est levée, paume en avant, doigts tournés vers l’extérieur, les extrémités du pouce et de l’index se touchent.

 

Cette position symbolise l’explication, l’argumentation de la doctrine ;

Geste de méditation ou de concentration
dhyāna-mudrā ou samādhi-mudrā

Les deux mains sont posées l’une sur l’autre, paumes vers le haut, doigts allongés, elles reposent sur les jambes du Bouddha.

 

 

Bouddha pratique ce geste  pendant les périodes de méditation durant sa vie : pendant sa période de jeûne extrême et sous l’arbre de la bodhi avant son Éveil.

Geste de la roue de la loi
Dharmachakra  mudra

les deux mains à hauteur de la poitrine, le pouce et un doigt d'une main touchant le bout des doigts de l'autre.

 

Geste utilisé par bouddha diffusant sa doctrine ou « tournant la roue de la Loi » :