Carcassonne et les citadelles du vertige

 

Restructurés dans la seconde moitié du XIIIe siècle, sur des sites occupés au préalable par des constructions féodales, la Cité de Carcassonne et les châteaux sentinelles de montagne témoignent de l’affirmation d’une architecture militaire royale de défense destinée à contrôler un territoire nouvellement conquis (à la suite de la croisade contre les Albigeois) et la frontière franco-aragonaise. Ces châteaux, construits sur des pitons aux parois abruptes, irremplaçables vigies surveillant le territoire, constituent, avec Carcassonne, siège de la sénéchaussée et, à ce titre, centre du pouvoir militaire, politique et administratif, un témoignage unique de ce qu’était un système territorial de défense coordonné et homogène. Très abouti, ce modèle d’architecture initié par Philippe Auguste, a été diffusé à une échelle européenne (Castel del Monte en Italie, Château de Marbais en Belgique…) et moyenne orientale (Crac des chevaliers en Syrie, château de Silifke en Turquie…) L’ensemble de ces forteresses reprend, en l’adaptant aux sites de montagne, le modèle « philippien » : plan géométrique, avec des tours de flanquement rondes et creuses, un châtelet d’entrée, des archères en étrier ou en bêche, des crénelages et des hourds, dans une recherche de symétrie architecturale (source : département de l'Aude).

 

Restructurés dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, la Cité de Carcassonne et les châteaux de la sénéchaussée constituent l’une des premières constructions en série inspirées du modèle de fortification promu par Philippe Auguste. Ils témoignent de la mise en place d’une norme architecturale, aussi bien destinée à la mise en défense qu’à l’affirmation du pouvoir royal sur un territoire nouvellement conquis, à l’issue de la croisade contre les Albigeois.

 

Siège d’une sénéchaussée royale, la Cité de Carcassonne devient un centre de pouvoir civil et militaire. Autour d’elle, les châteaux d’Aguilar, de Lastours, de Montségur, de Peyrepertuse, de Puilaurens, de Quéribus et de Termes fortifient et contrôlent le territoire du sud du Languedoc face au royaume d’Aragon. Cet ensemble défensif homogène est particulièrement imposant. Il est aussi destiné à affirmer l’autorité des rois capétiens sur des populations nouvellement soumises, en partie hérétiques et susceptibles de rébellion.

 

Carcassonne et l’ensemble des sites formant la série sont emblématiques de la planification d’un système défensif frontalier, planification caractéristique des débuts de l’État centralisé en France.

 

Outre la cité de Carcassonne, ce sont donc les châteaux d’Aguilar, de Lastours, de Montségur, de Peyrepertuse, de Puilaurens, de Quéribus et de Termes qui constituent l'ensemble des monuments devant être inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco.

 

Visite guidée : Aguilar